Une protéine impliquée dans la perte de poids ?

Mar 30, 2017 par

L’obésité est une problématique actuelle à laquelle le monde entier fait face. Il est alors indispensable d’attirer l’attention, et plus particulièrement celle des jeunes sur la prévention contre les risques liés à la surcharge pondérale ainsi que de développer des moyens thérapeutiques permettant de limiter la gravité des conséquences associées. Une étude aurait-elle trouvé une protéine capable d’aider à la perte de poids ?

perte de poids protéine

Obésité et génétique

Des constats, pour le moins inquiétants, sont relatifs à l’augmentation de la prévalence (nombre d’individus atteints par une pathologie donnée) de l’obésité chez les enfants et les adolescents. Ces derniers font alors face à deux problématiques majeures dans leur quotidien : l’intégration sociale et les risques sanitaires associés à l’obésité.

L’obésité est une pathologie multifactorielle. Largement considérée comme étant la conséquence d’une alimentation malsaine, d’une sédentarité et d’un mode de vie mal adapté, la génétique n’est cependant pas totalement hors de cause.

Il s’avère en effet que des gènes pourraient jouer un rôle à la fois en termes de prédispositions génétiques (soit une configuration dans les gènes qui rend l’organisme plus vulnérable au risque d’obésité) ou encore sur la résistance de l’organisme à perdre l’excès de poids.

Dans le cadre d’un surplus de masse graisseuse, celle-ci peut alors se répartir au sein de différents tissus et organes de l’organisme et ainsi provoquer un stockage de lipides à des endroits inappropriés : foie, cœur, muscles, reins, etc. Ce stockage anormal peut alors conduire à des dysfonctionnements au niveau de ces organes et entraîner alors des pathologies aux conséquences variables.

A savoir ! Les lipides sont des composants fondamentaux, présents dans chaque organisme, qui constituent les graisses.

Il a été démontré qu’une douzaine de gènes pouvait être à l’origine du développement de l’obésité. A contrario, d’autres facteurs génétiques ont également été mis en avant dans la régulation de la balance énergétique et lipidique. Parmi ces facteurs de régulation, on recense notamment : la périlipine.

La perte de poids favorisée par une protéine ?

La périlipine est une protéine découverte, il y a près de 20 ans, qui est présente dans nos adipocytes (cellules graisseuses). Des études scientifiques ont mis en avant la présence de cinq séquences génétiques codantes pour cette protéine.

Des chercheurs américains de l’Université de Texas Southwestern, aux Etats-Unis, ont démontré que la périlipine favorise la mise en réserve de l’énergie au sein de nos cellules. Cette protéine permettrait donc de brûler plus facilement les graisses.

Ainsi, des prédispositions génétiques existeraient bel et bien dans l’obésité. Les individus prédisposés génétiquement et présentant, de façon plus abondante, des gènes codant pour la périlipine, seraient donc moins à risque d’être obèse. Bien entendu, la génétique est loin d’être le seul paramètre dans cette pathologie. Il est incontournable d’acquérir une hygiène de vie saine et de pratiquer une activité physique régulière afin de limiter tout risque supplémentaire d’obésité.

Delphine.W., Ergonome spécialisée en Santé au travail.


Sources :
Effects of Perilipin (PLIN) Gene Variation on Metabolic Syndrome Risk and Weight Loss in Obese Children and Adolescents, Sophie Deram and al. NCBI, 23 septembre 2008, DOI: 10.1210/jc.2008-0947
Update on perilipin polymorphisms and obesity, Caren E.Smith and al, NCBI, Octobre 2012. DOI: 10.1111/j.1753-4887.2012.00515.x

Delphine W.

Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.

Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.

Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.