Obésité et santé rénale, une liaison dangereuse

Mar 10, 2017 par

À l’occasion de l’organisation de la Semaine Nationale du Rein du 4 au 11 mars 2017, la fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (FNAIR) a voulu mettre l’accent sur l’association entre obésité et maladie rénale. En effet, le surpoids multiplie par deux le risque de développer une insuffisance rénale.

insuffisance renale obesite

Obésité  et reins : un mauvais ménage

D’après l’OMS, l’obésité se définit comme « un excès de masse grasse qui entraîne des conséquences néfastes pour la santé ». On compte près de 600 millions d’obèses dans le monde. Les causes sont : génétiques, métaboliques (les besoins énergétiques varient d’un individu à l’autre), médicales (dérèglements hormonaux) ou liées au mode de vie (sédentarité, alimentation trop grasse…). Mais, les conséquences sont toujours les mêmes : une altération de la santé et une diminution de l’espérance de vie (1 à 10 ans selon le sexe et le degré d’obésité).

Parmi les complications de l’obésité, on citera, entre autres, le diabète et l’hypertension artérielle. Deux pathologies néfastes pour le rein ; elles sont responsables de la moitié des cas d’insuffisance rénale.

Mais, indépendamment de ces deux maladies, les médecins ont découvert que l’obésité, et surtout l’excès de graisse au niveau de ventre, était aussi un facteur de risque d’altération de la fonction rénale. Le mécanisme est complexe, mais il aboutit à une glomérulopathie (atteintes des glomérules, éléments du rein filtrant le sang). Il en résulte une protéinurie (présence de protéines dans les urines), puis une insuffisance rénale. Les reins ne filtrent plus les déchets du sang ; l’organisme s’intoxique. L’état de la personne se dégrade. Elle présente : soif excessive, nausées, perte d’appétit, œdèmes…

Lire aussiHypertension et obésité

L’insuffisance rénale : une maladie silencieuse

Cependant, les symptômes de la maladie rénale se développent tardivement, lorsque les reins ont déjà beaucoup souffert. Pour un patient sur deux, le diagnostic tombe alors que le fonctionnement rénal est si altéré que le recours à la dialyse en urgence s’impose.

A savoir ! Les traitements de l’insuffisance rénale terminale sont la dialyse ou la greffe de rein. La dialyse est une technique médicale consistant à nettoyer l’organisme à la place des reins. Elle peut se réaliser sur le sang (hémodialyse, le sang passe dans une machine munie de filtres) ou via le péritoine (membrane naturelle du ventre qui sert de filtre).

Face à cette maladie insidieuse, il est important de se faire dépister, surtout si l’on présente un facteur de risque comme le surpoids. Pour les patients obèses, la Haute Autorité de Santé recommande un dépistage par an. Il consiste en une analyse d’urines et une prise de sang.

La Semaine Nationale du rein organise des dépistages gratuits sur tout le territoire français :

Lancement d’une grande étude pour les patients obèses

L’augmentation du nombre de personnes obèses risque de faire exploser les statistiques d’insuffisance rénale dans les années à venir. Face à ce problème majeur de santé publique, l’hôpital Bichat lance un grand essai clinique. Son objectif est de tester l’efficacité de deux approches médicales sur des patients obèses en insuffisance rénale :

  • Soit la chirurgie de l’obésité
  • Soit un régime

Grâce à cette étude, les médecins veulent évaluer l’impact de la perte de poids sur la santé rénale et déterminer quelle méthode est la meilleure pour retarder l’aggravation de l’insuffisance rénale et éviter la mise en dialyse. Les patients seront suivis pendant un an.

Si vous voulez participer à cette étude, vous pouvez joindre l’équipe médicale au 01 40 25 73 01 ou par mail obesite.rein@aphp.fr. Il faut être âgé de 18 à 75 ans avoir un indice de masse corporelle supérieur à 35 et souffrir d’insuffisance rénale (même débutante).

Isabelle V., Journaliste scientifique


Sources :
Obésité : définition, Obésité, consulté le 8 mars 2017
L’insuffisance rénale chronique, Semaine du rein, consulté le 8 mars 2017

Isabelle V.

Journaliste scientifique

Passionnée de recherche clinique et pharmacovigilance.

Garde un penchant pour nos amis à quatre pattes.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.