Complications de l’obésité : la composition du tissu adipeux en cause

Jan 7, 2020 par

En France, près de 15 % de la population adulte sont considérés comme obèses. Or le surpoids et l’obésité sont à l’origine de multiples complications pour la santé. Dans une récente étude menée sur la souris, des chercheurs français suggèrent que le risque de complications serait fonction de la composition du tissu adipeux, plus que de sa quantité.

Complications de l’obésité et tissu adipeux

L’obésité et le surpoids peuvent provoquer de multiples complications :

  • Des complications cardiovasculaires :
  • Des troubles respiratoires ;
  • Un syndrome d’apnée du sommeil ;
  • Une perturbation de la synthèse des hormones sexuelles ;
  • Des troubles métaboliques, en particulier sur le plan lipidique et glucidique.

Généralement, le risque de complications est considéré d’autant plus marqué que l’obésité est forte, c’est-à-dire que la quantité de masse grasse (ou de tissu adipeux) est importante.

Un régime gras et sucré altère le métabolisme et induit un stress oxydant

Des chercheurs français viennent pourtant d’apporter un nouvel éclairage sur le risque de complications de l’obésité, en pointant du doigt la composition du tissu adipeux. Leur étude avait pour point de départ plusieurs études observationnelles ayant montré que le métabolisme des sujets obèses est très variable d’un individu à l’autre.

Les chercheurs ont travaillé sur un modèle de souris, en analysant le métabolisme et le tissu adipeux de jeunes souris obèses, qui pouvaient se nourrir à volonté d’aliments gras et sucrés. Une partie des souris de l’étude recevaient en parallèle un complément alimentaire à base d’antioxydants (certaines études ont montré que les antioxydants peuvent augmenter l’espérance de vie des rongeurs obèses).

Les résultats de l’étude ont montré que le régime alimentaire gras et sucré était à l’origine chez les souris obèses de deux troubles métaboliques majeurs :

L’altération du tissu adipeux plus déterminante que la quantité de masse grasse

Dans le tissu adipeux, le régime gras et sucré provoquait un stress oxydant important, associé à une accumulation de cholestérol et de dérivés oxydés du cholestérol, mais aussi à un afflux de cellules immunitaires pro-inflammatoires. Au final, par rapport à des souris non obèses, les souris soumises à ce régime avait une espérance de vie réduite de 36 % en moyenne.

Chez les souris obèses, mais recevant un complément d’antioxydants, l’espérance de vie restait en revanche proche de celle des animaux non obèses. Au niveau du tissu adipeux, ces souris complémentées en antioxydants avaient un meilleur métabolisme et un plus faible niveau de stress oxydant.

Alors que la quantité de masse grasse entre les souris obèses, complémentées ou non complémentées, était équivalente, leur risque de complications et leur espérance de vie étaient très différentes. L’amélioration de la composition du tissu adipeux grâce aux antioxydants suffit dans cette étude a augmenté l’espérance de vie. De tels résultats restent désormais à confirmer chez l’homme.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Les risques de complication de l’obésité dépendraient avant tout de la composition du tissu adipeux. Communiqué de presse. INSERM. Consulté le 02 janvier 2020.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.