Grossesse : quel est l’impact de la caféine sur l’enfant ?!

Jun 5, 2018 par

Le surpoids chez l’enfant est un enjeu majeur de santé publique, pour prévenir de graves problèmes de santé chez les adultes. Une récente étude suggère que la consommation de caféine au cours de la grossesse pourrait être liée au surpoids chez l’enfant. Des résultats publiés dans la revue scientifique British Medical Journal et qui vont à l’encontre des recommandations actuelles sur la consommation de café au cours de la grossesse.

femme enceinte avec un mug de café à la main - caféine

La caféine est-elle nocive pendant la grossesse ?

Le café, mais aussi d’autres boissons comme le thé, le chocolat, certains sodas ou les boissons énergisantes, constituent des sources de caféine. Cette substance bien connue pour ses propriétés stimulantes est-elle nocive au cours de la grossesse ?

Sur le plan biologique, la caféine est capable de passer la barrière placentaire et se retrouve donc dans la circulation sanguine du fœtus. De plus, la caféine reste présente plus longtemps dans la circulation sanguine au cours de la grossesse que chez la femme non enceinte.

D’après les études scientifiques menées jusque-là, la caféine n’entraîne pas de risque particulier de :

  • Fausse couche ;
  • Complications de la grossesse (rupture prématurée des membranes, prématurité, pré-éclampsie, …) ;
  • Malformations congénitales ;
  • Troubles du développement neurologique de l’enfant.

Ces études n’ont décelé que quelques conséquences minimes de la caféine sur l’enfant, à savoir :

  • Un risque de petit poids à la naissance, fonction de la dose de caféine consommée ;
  • Des troubles du rythme cardiaque fœtal ou néonatal en cas de consommation importante.

À savoir ! La caféine passe également dans le lait maternel et son élimination est beaucoup plus lente chez le nourrisson que chez l’adulte, en particulier chez les prématurés. Pour une consommation quotidienne modérée de café (l’équivalent de 3 tasses par jour), les études scientifiques n’ont rapporté aucun problème de santé chez l’enfant. En cas de consommations plus importantes, un phénomène d’hyperexcitabilité réversible a pu être noté.

Du café de la grossesse au surpoids chez l’enfant

Compte-tenu des conclusions des études scientifiques, les autorités de santé françaises n’ont émis aucune recommandation particulière sur la consommation de caféine au cours de la grossesse. Néanmoins, par précaution, les femmes enceintes sont invitées à modérer leurs apports en caféine, qui ne doivent pas dépasser 300 mg par jour.

Une étude récente pourrait pourtant inciter les autorités de santé à revoir leurs recommandations. En effet, des chercheurs norvégiens ont recueilli des données sur la consommation de café de 50 943 femmes enceintes, l’un des plus importants suivis de femmes enceintes au monde. Leurs enfants ont été suivis jusqu’à l’âge de 8 ans.

Les résultats de cette étude ont montré que les enfants nés de mères ayant consommé du café au cours de la grossesse avaient un risque accru d’être en surpoids. Ainsi, à 5 ans, les enfants en surpoids ou obèses sont 5 % plus nombreux dans le groupe des mères ayant la plus forte consommation de caféine, par rapport au groupe des mères ayant la consommation la plus faible.

Une consommation modérée de café remise en question

Cette récente étude suggère qu’une consommation même modérée de café au cours de la grossesse (entre une et deux tasses par jour) serait liée à un risque majoré de surpoids ou d’obésité chez l’enfant en âge scolaire. Des études complémentaires sont désormais nécessaires pour expliciter le lien entre la caféine consommée pendant la grossesse et le poids des enfants plusieurs années après. Un tel lien a déjà été mis en évidence sur des modèles animaux.

Les auteurs de l’étude considèrent qu’à la vue de tels résultats, les femmes enceintes devraient être invitées à réduire fortement, voire à supprimer leur consommation de caféine tout au long de la grossesse. En effet, le surpoids au cours de l’enfance est lié à l’âge adulte à un risque majoré de :

Café, thé, chocolat, sodas et boissons énergisantes devraient alors être oubliés des femmes pendant neuf mois, pour préserver au mieux la santé de leur futur enfant.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Caféine. CRAT. Mis à jour le 6 mars 2018.
– Maternal caffeine intake during pregnancy and childhood growth and overweight: results from a large Norwegian prospective observational cohort study. Papadopoulou, Eleni and al. 2018. BMJ Open 8(3): e018895.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.